Apprendre à voir

Apprendre à voir

Texte inspiré par Isis, la magicienne


Il n’y a pas de bonne clairvoyance sans conscience. De quoi parle-t-on quand on cherche la « clairvoyance » ?

Dans ce monde éblouissant de sollicitations, comment ne pas se perdre ? Entre les flatteries et les peurs de toutes parts, dans tous les sens, comment y voir clair ?
Il n’y a pas de bonne clairvoyance sans conscience. De quoi parle-t-on quand on cherche la « clairvoyance » ? Connaître l’avenir, se prémunir de la douleur, de la souffrance, va-t-il me quitter, vais-je gagner beaucoup d’argent ? A toutes ces questions le souffle de la conscience se pose et répond avec sagesse : que dois-je réellement savoir ? Ai-je le courage d’avoir les yeux réellement ouvert ?
Et si ma question cache une peur, et si ma question cache une dépendance affective, un manque profond dans mon cœur? Est-ce que je préfère nourrir la peur, la blessure ou le manque en obtenant des réponses pour me rassurer ? Est-ce que je préfère dormir sur ces ombres en moi, ou aurais-je le courage de regarder dans le sombre de mon âme avec tout mon amour et mon accueil pour guérir ce qui fait mal, à mon rythme, avec douceur ?
Apprendre à voir passe par l’apprentissage de fermer les yeux du jour, ces yeux éblouis par l’extérieur, pour ouvrir les yeux félins de la nuit. Dans cette méditation lucide, comme un animal nyctalope, je m’ouvre au monde tel qu’il est. Au rythme des profondeurs marines, je peux alors nager dans ce qui m’entoure avec un nouveau regard. Parce que je ne réagis plus aux sirènes du monde, je les observe, et en conscience, je fais mes choix. Le monde n’est plus là pour me renvoyer dans la violence le miroir de mes ombres. Le monde conspire à me permettre de les voir, et, si j’accepte enfin de les voir, je danse avec le monde qui sourit avec bienveillance à mes blessures, à mes failles ou à mes manques. Il devient allié de ma guérison, générateur d’occasions et de synchronicités.
Pas après pas, je m’ouvre à la magie de la vie. Même si parfois j’ai mal, je comprends ma douleur, je l’accompagne, et je mets à disposition les moyens de ma guérison. Je ne cours plus comme une assoiffée après Amour, Gloire et Beauté car je ressens l’amour en moi, je vis la Gloire du Divin, ou de mon être essentiel, et la Beauté m’entoure car je sais et j’apprends à la voir. La Beauté devient alors ce qui transpire de cette conscience qui fait scintiller le monde, non pas d’une lumière qui m’aveugle, mais d’une lueur qui vient du plus profond de mon cœur et qui elle, illumine le monde. Alors, je deviens clairvoyante.

Awenn, inspirée par Isis, la magicienne, octobre 2019


Aucun évènements prévu pour le moment.
Par | 2019-10-20T19:41:39+01:00 octobre 20th, 2019|L'écrit du jour, l'écrin de l'amour|0 commentaire

À propos de l'auteur :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.